Nouveau-né

NOTRE HISTOIRE

Qui sommes-nous et où allons-nous ?

Anaëlle


2013, j'ai 25 ans, je suis Psychologue tout fraichement diplômée. Les opportunités de la vie m'amènent rapidement à travailler auprès des enfants et à accompagner l'arrivée des bébés dans mon entourage proche. Formée aux thérapie dite de 3ème vague (cognitives, comportementales et émotionnelles), je tombe amoureuse de la méditation de pleine conscience et du Yoga. Curieuse de tout ce qui touche au bien-être tant physique qu'émotionnel je m'intéresse aux médecines douces, ancestrales et alternatives. 

J'exerce pendant ces années dans un service de Protection de l'Enfance (placement judiciaire et action éducative à domicile). Au contact de tous ces enfants j'apprends et j'intègre dans mon coeur les besoins fondamentaux des tous petits. 


2018, j'ai 30 ans, je suis enceinte de ma fille. Cette période marque un véritable tournant tant dans ma vie personnelle que professionnelle. Je me passionne pour tout ce qui touche à la grossesse et au monde des naissances et me retrouve fervente militante des besoins de continuité maman-bébé. Je découvre la magie du portage avec le soutien de Marie-Odile qui me transmet son savoir à l'occasion de mon premier atelier. Mon expérience de jeune maman me transporte dans l'univers du post-partum et des besoins du tout petit pour me guider vers ce qui me fait aujourd'hui vibrer. 

Au travers des enseignements de Karine LANGLOIS, Quantik Mama les premières révélations arrivent : je rêve de devenir Doula. Etre doula c'est être au service des femmes, des couples et leurs bébés pour les guider, les soutenir et les aider à vivre dans toute leur puissance ce passage extraordinaire de la naissance. 

2021, j'ai 33 ans, je débute l'école de Quantik Doula et je poursuis un beau programme de formation auprès de l'Ecole du Bien-Naitre (Réfléxologie bébé émotionnelle, massage bébé, massage renaissance Kobido, Shiatsu, Naturopathie). 

Marie-Odile

J’ai 22 ans, j’entre à l’Ecole d’Assistante de Service Social d’Amiens. Au début, un peu par hasard. Je quitte le foyer familial…pour rejoindre ma meilleure amie. Pour subvenir à mes besoins, je fais des petits boulots. Pendant ces 3 années d’études, j’apprends l’essentiel : «  On n’est pas dans le social par hasard ! ». J’ai cherché pendant longtemps mais c’est bien des années plus tard que je comprends ! 

J’ai 25 ans, diplôme en main. Premier poste à Noyon, premier salaire, première voiture, premiers collègues de travail, une équipe comme jamais je ne rencontrerais ailleurs, des liens d’amitié forts se tissent, premières expériences sur le terrain et très vite je suis attirée par l’Enfance. 

J’ai 30 ans, je quitte mon premier poste. Je quitte tout pour une autre région par amour. 

Mais, à 32 ans, je viens dans la région enfin pas loin, à Saint-Quentin. Je retrouve les liens forts que j’avais créés ( c’est le début de la coloc’) et j’en crée d’autres. 

J’ai 33 ans, je me pose. Je me ressource, j’avance, je suis mieux avec moi-même. Alors, par hasard,  (mais on est d’accord, ça fait longtemps que j’ai compris que les choses n’arrivaient pas par hasard), je rencontre l’homme de ma vie.  

J’ai 34 ans, je le suis dans les Ardennes. Et là, la Révélation ! Quelles sont belles nos Ardennes ! Je tombe amoureuse de la région (et de mon mari !). C’est ici que je veux construire une vie de famille. 

J’ai 37 ans et je suis maman de deux filles, Lucie née en 2015 et Agathe née en 2017. A la naissance de Lucie, papa et moi faisons appel à une monitrice de portage pour nous apprendre à porter car la poussette dans les chemins de randonnée de nos belles Ardennes, on s’est dit que ce n’était pas pratique. Je porte, papa porte limite plus que moi. La révélation quant au portage, je l’aurais avec Agathe. 

2016, j’entame ma formation de consultante en portage  à Namur avec l’Académie du portage. Je suis certifiée en janvier 2019. L’arrivée d’Agathe retarde ma certification. 

Forte de ma formation, je porte Agathe intensément. J’ai compris ! J’ai compris que je n’en ferais pas un bébé dit : «  à bras ». J’ai compris que je pouvais faire la sieste avec Agathe en écharpe, qu’il ne fallait pas à tout prix la remettre dans son lit parce que si je la porte trop, elle ne voudra plus aller dans son lit. J’ai compris que je ne reproduirai pas la même erreur qu’avec Lucie ! Oui, j’ai écouté mon entourage à la naissance de Lucie. Oui, j’ai eu peur. Non, je ne me suis pas faite confiance, je n’ai pas écouté ce que me dictait mon cœur. Agathe je l’ai porté avec mon cœur de maman. J’en ai profité un maximum. Je me sentis forte et puissante, gonflée à bloc par cette hormone de l’amour qu’est l’ocytocine !

Aujourd’hui, c’est cela que je veux transmettre aux parents que je rencontre. Faites-vous confiance ! Portez autant que vous en avez envie !

J’ai 38 ans, je change de service et je prends un poste de travailleur social en Action éducative à domicile. Le lien parent-enfant m’anime. Je me passionne pour le lien d’attachement, les relations d’interactions précoces entre bébé et son parent, les compétences d’un nouveau-né. Les bébés me fascinent. Je suis sur le bon chemin et je me perfectionne en portage dos et me met à jour des nouveaux systèmes de portage. Je poursuis mon apprentissage. 

2019, j’entame une formation massage bébé toujours à Namur auprès de Laurence Niclaes, fondatrice de l’Académie du portage. J’ai envie de découvrir une autre façon d’entrer en relation avec bébé. Je suis à ma place. Cette formation me conforte dans mes choix. Le massage est un art puissant de communication dans la relation au parent-bébé. Je suis certifiée en juillet 2020.

J’ai 40 ans, je m’épanouie dans ma passion d’accompagnement à la parentalité. Je rencontre des mamans, des papas, des bébés à travers le portage et le massage. J’aide les bébés à se détendre, aux parents à libérer les hormones de bien-être. Je sensibilise les parents aux besoins d’un tout-petit au cours du quatrième trimestre de grossesse ( 3 premiers mois) pour qu’ils prennent confiance en eux. 

Je poursuis mon parcours et me forme au massage enfant pour permettre aux familles avec des enfants plus grands de partager un moment de complicité autour du massage et/ou désamorcer des situations d’angoisse ou de conflits. 


2021, je fais connaissance avec l’Ecole du bien-naître dans le cadre d’une formation en réflexologie bébé émotionnelle. Encore une fois, je suis transportée par le fait que le toucher est puissant et peut aller jusqu’à libérer les émotions de bébé qui ne lui appartiennent pas mais qui sont le reflet de ce que ressentent papa et maman. 

Bizarrement,( vraiment ?), lors de cette formation j’aurais pu retrouver ma collègue Anaëlle, qui se forme quelques mois après moi. On en discute, on échange, on partage un intérêt commun. On partage de nos convictions, voire de nos évidences dans le «  bien-naître » d’un bébé. Je lui ai même appris à porter son bébé ! 

Avril 2021 : Anaëlle intègre l’association que j’avais créée en 2018. On décide ensemble d’en changer le nom. L’association grandit, elle évolue et c’est que du bonheur.

Ensemble, on va plus loin.